Une sainte

… et ces innombrables grâces que connut Gemma jusqu’à sa mort furent celles de la Passion.

Le directeur spirituel de Gemma, le Père Germano, était un prêtre passioniste. Elle ne l’a pas  » désiré  » ou  » choisi « . Il lui fut  » envoyé  » par Jésus pour diriger son âme jusqu’à Lui, par les chemins si particuliers de sa Passion et de sa croix.

Quoi de plus  » naturel  » d’ailleurs, puisque la congrégation des Passionistes est la seule au monde dont la spiritualité est entièrement celle de la Passion de Jésus …

… De l’amour fou du Cœur Sacré de Jésus …

Tout commence pour Gemma lors de sa communion, alors qu’elle a 9 ans : c’est le 19 juin, fête du Sacré Cœur de Jésus ! Elle vit sa première grande expérience spirituelle du Cœur de Jésus :  » En ces instants, je saisis que les délices du Ciel ne sont pas ceux de la terre … « . Gemma connaissait Marguerite-Marie Alacoque, et c’est à elle qu’elle dut sa guérison miraculeuse en 1899 (qui fit grand bruit à Lucques). Toute sa vie durant, elle vécut en elle le contenu du message de Jésus : l’amour miséricordieux, qui demande réparation aux âmes qu’Il choisit et qu’Il aime.

Le Sacré Cœur est lié à l’Eucharistie ; chaque jour, la communion fut le grand rendez-vous d’amour de Gemma avec Jésus. L’Eucharistie était  » son unique nécessaire  » : s’y préparant dès la veille, elle vivait ces instants avec intensité, passion, douleur, douceur, larmes, joie, reconnaissance infinie, nourriture primordiale, cœur à Cœur et dialogue d’amour avec le Christ crucifié. Alors, elle communie pleinement aux plaies de Jésus, à ses souffrances ; et bien sûr elle ressent dans tout son être (cœur, âme, corps) l’infinie miséricorde de Son Amour. Tout au long du jour, l’action de grâces de l’Eucharistie poursuit son oeuvre en Gemma : dans son cœur, ses pensées, ses sentiments, et jusque dans son corps tandis qu’elle accomplit les gestes les plus ordinaires du quotidien. On comprend dès lors pourquoi Gemma appelait l’Eucharistie  » La fête de l’Amour  » !

Gemma durant une extase douloureuse.

… à la grâce infinie des stigmates …

Un tel rythme d’amour conduisit bien vite Gemma à la croix. Et cette amoureuse du crucifié devient alors elle-même une crucifiée. Le soir du jeudi 8 juin 1899, vigile de la fête du Sacré Cœur, elle reçoit la grâce incroyable des stigmates … jusqu’au lendemain 15 heures. Gemma n’a que 21 ans ! Désormais, chaque semaine les stigmates se renouvelleront : du jeudi à 20 heures au vendredi à 15 heures : les mains, les pieds, la tête, et le côté (la plaie du coup de lance).

Jusqu’à sa mort, le 11 avril 1903, samedi saint (!), Gemma connut cette crucifixion : stigmates chaque semaine, extases douloureuses de plus en plus fréquentes et nombreuses.

Une indispensable direction passioniste

On réalise alors pleinement pourquoi Jésus décida de lui envoyer un directeur spirituel passioniste ! Le prêtre qui l’accompagnait et la confessait jusqu’alors, Mgr Volpi, se montre totalement dépassé par tous ces phénomènes  » surnaturels  » dont Gemma est l’objet ! Aussi Jésus prend-il les grands moyens : au cours d’une vision, il lui montre le P. Germano en prière, et lui dit :  » Ma fille … ce prêtre sera ton directeur. C’est lui qui reconnaîtra en toi (…) l’œuvre infinie de ma miséricorde « . (V. chap. 8 du livre  » Une direction spirituelle passioniste « )

Pour permettre à Gemma de supporter et de vivre Sa Passion dans son cœur et jusque dans sa chair, le Seigneur lui a donné un accompagnateur  » qualifié  » et à la hauteur : un Passioniste !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s